L'annuaire inversé des avocats

16.356 avocats en France dans l'annuaire

Annuaire inversé : avocats

Annuaire inversé : Avocats

L’avocat est un spécialiste du droit et de la justice. Il défend ses clients dans les tribunaux, et apporte des conseils juridiques dans le cadre d’un procès. Le métier qui plaide pour la profession !

© Annuaire Inversé France
© Albert Giordan

Réglementé sous sa forme moderne, depuis certaines lois et décrets fusionnant au sein de la profession les avocats et les avoués, le métier d’avocat consiste essentiellement à représenter les parties à un procès.

Auxiliaire de justice, l’avocat représente ses clients, personnes physiques ou morales, en matière de droit. Devant certaines juridictions ou pour certaines affaires, le droit français impose même sa présence. Dans certaines activités, l’avocat a le monopole d’exercice. Dans d’autres, il partage son savoir-faire avec des professions concurrentes (notaires, conseillers juridiques divers…).

Quand les avocats représentent les parties devant les hautes institutions à l’image de la Cour de Cassation ou du Conseil d’État, on parle alors d’avocats aux Conseils. Ils disposent d’une organisation indépendante de leurs confrères et jouissent d’un privilège de représentation.

 Pour accéder à la profession d’avocat, il convient de réussir l’examen d’entrée dans un Centre Régional de Formation Professionnel d’Avocat, ou CRFPA. Titulaire du CAPA, l’avocat doit ensuite s’inscrire au barreau et prêter serment devant la Cour d’appel. Il peut dès lors exercer individuellement ou collectivement au sein d’une société ou d’un groupement d’intérêt économique. Généraliste ou spécialiste, l’annuaire des métiers vous permet de retrouver la liste ou les coordonnées de celui qui vous représentera peut-être demain pour faire valoir vos intérêts.

27 spécialisations possibles (droit de l’arbitrage, droit des assurances, droit du crédit et de la consommation…) permettent à l’avocat d’exceller dans différents domaines. Mais la profession protège aussi ses intérêts propres contre ses membres qui excellent un peu trop dans le gonflement des honoraires ou des promesses douteuses. Il en va de la réputation d’un métier parfois décrié et pourtant indispensable. Fleurissent ainsi les sites sur Internet qui conseillent ou mettent en garde les particuliers. Globalement, le métier d’avocat reste une activité variée et nécessairement encadrée.

L’avocat et sa mayonnaise

Sauf dans les cas particuliers d’avocats commis d’office, chacun peut choisir librement son avocat. Certains sites proposent même des comparatifs entre avocats pour guider les décisions. Dans l’imaginaire collectif, on voit souvent l’avocat plaider une affaire devant un tribunal. Pourtant, dans la réalité, la vision est moins romanesque. L’avocat négocie parfois des transactions sans même passer par une institution judiciaire ou se noie sous une montagne de documents pour n’en ressortir qu’occasionnellement à l’occasion d’une plaidoirie expéditive. Fondamentalement sa mission est triple.

- Information et conseil

L’avocat intervient ici comme l’interlocuteur privilégié qui, dans sa connaissance des évolutions légales et jurisprudentielles, peut orienter au mieux son client.

- Rédaction

L’avocat rédige les contrats et conventions ou les transactions en cas de litige. Son expertise permet de limiter au maximum les mauvaises surprises entre des parties souvent peu aguerries au monde du droit.

- Représentation

C’est en cette qualité qu’il représente ses clients devant les juridictions et entreprend les démarches à l’amiable ou judiciaires.

L’avocat, le fruit d’une réflexion

Dans le cadre de sa profession, l’avocat est soumis à l’ordre des avocats, à l’instar de l’ordre des avocats de Paris. Sous la houlette du Conseil National des Barreaux, ou CNB, qui représente l’ensemble des avocats exerçant en France, l’avocat se doit de respecter impérativement certaines règles. Il a en effet un devoir de déontologie et de loyauté envers ses clients. Indépendant, l’avocat doit scrupuleusement respecter le principe de secret professionnel et de confidentialité avec pour intérêt unique celui de son client. Le cas de la fixation d’honoraires est plus sensible. Ici encore, en cas de désaccord entre l’avocat et son client, c’est dans la majorité des cas, le Bâtonnier de l’Ordre qui tranchera.