Actualités annuaire inversé

Joindre et être joint en Suisse…

|    Partager

En arrivant en Suisse, si vous ne connaissez pas encore Swisscom, vous n’aurez bientôt plus que le nom de cet opérateur téléphonique en bouche. Avec plus de 60% du marché, le fournisseur de services en téléphonie fixe et mobile a encore de belles années devant lui. Certes, il est suivi de près par Orange et Sunrise, mais son omniprésence et son poids continuent à pénaliser l’effet de concurrence. Pour le moment, pas d’illusions. En venant vous installer ou travailler en Suisse, vous acceptez tacitement de payer plus cher vos factures de téléphone.

Des offres téléphoniques variées mais sans surprises

En matière de téléphonie fixe, quel que soit votre prestataire, la couverture et la qualité de service sont relativement similaires sur l’ensemble du pays. Offres illimitées, offres prépayées, offres spéciales… à vous de rechercher le forfait qui vous correspond le mieux faute de pouvoir dénicher la perle rare d’opérateur.

L’Internet haut-débit est accessible presque partout mais son coût reste encore conséquent en comparaison avec son coût dans les autres pays européens. Principaux acteurs du marché, Bluewin et Sunrise assurent une liaison de qualité. L’efficacité compense ainsi le manque de flexibilité réelle financière.

Orange Suisse s’est invitée sur le marché, il y a quelques temps, avec sa Livebox en proposant même à ses abonnés à la téléphonie mobile un tarif préférentiel. L’effet « Free » en Suisse et son impact sur le prix des communications se laisse encore attendre…

Le cas particulier des transfrontaliers

Pour les travailleurs frontaliers, les opérateurs téléphoniques ont pensé à différentes options pour répondre aux besoins spécifiques de cette niche de consommateurs dans le cadre d’offres de téléphonie mobile. Aujourd’hui encore, les utilisateurs voient leurs factures augmenter plus ou moins rapidement au rythme de leurs passages d’un côté à l’autre de la frontière et selon la territorialité de leur opérateur.

Pour contrer les tarifs prohibitifs qui en résultent, certains ont déjà opté pour l’achat de 2 téléphones portables avec deux cartes SIM. Mais cette solution ressemble davantage à une astuce qu’à un véritable bon plan. D’où l’apparition, notamment, de Transatel et du groupe Crédit Mutuel CIC. Le Crédit Mutuel propose ainsi des offres qui prennent en charge une durée forfaitaire de roaming et donc de communications en passant d’un pays à l’autre. Transatel, pour sa part, permet des frais de roaming réduit avec une formule prévoyant par exemple l’utilisation d’une carte SIM unique mais associée à deux numéros de téléphone, l’un français, l’autre suisse.

Mis à jour le | Publié le

Réagir à cet article