Actualités annuaire inversé

Faites sauter vos PV grâce à votre smartphone!

|    Partager

Le PV est la hantise de tous les automobilistes. Chaque année, plus de 25 millions de contraventions sont dressées en France. Heureusement depuis quelques mois, il est désormais plus simple de s’acquitter de ses PV via son smartphone. En effet, les conducteurs n’ont désormais plus besoin de se déplacer au bureau de tabac pour acheter leur timbre-amende ou de sortir leur chéquier : un simple clic sur l’application mobile « Amendes.gouv » leur permet de régler la somme. Mais aujourd’hui, il existe encore mieux que cette appli lancée par l’Etat. Son nom ? « Flash Avocat ».

L’application qui vous aide à faire sauter vos PV 

Disponible sur iOS et Android, « Flash Avocat » a été inventée par deux jeunes avocats parisiens de 27 ans Allan Schinazi et Yohan Dehan. Cette appli est un service qui permet d’envoyer ses documents judiciaires en les flashant à l’aide de l’appareil photo de son smartphone. Une fois la photo reçu, les avocats étudient le dossier en quête d’un vice de forme. Une fois détectée, les avocats signalent à l’utilisateur les points qui permettent de contester l’infraction au code de la route et ainsi annuler les poursuites et la perte de points. Les deux avocats français estiment que les automobilistes peuvent obtenir gain de cause dans plus de 80 % des cas !

Faire sauter ses PV : combien ça coûte ?

Faire sauter ses PV avec son smartphone a évidemment un prix. Pour un stationnement gênant, justifiant l’intervention de la fourrière, « Flash Avocat » demande 20 euros pour annuler la contravention. Pour un excès de vitesse ou un téléphone au volant, vous devrez débourser 85 euros. Allan Schinazi et Yohan Dehan proposent également de vous représenter devant un tribunal pour un somme allant de 1000 à 3000 euros. Des prix qui ne donnent pas froid aux yeux des conducteurs puisqu’ils sont près d’un millier à avoir déjà téléchargé l’application mobile.

Toujours est-il que les deux avocats parisiens ne sont pas novices en matière de conseils juridiques sur Internet. En 2011, le duo avaient lancé le site StopPV.com qui proposait également des conseils en contestation de PV. N’ayant pas leur diplôme d’avocat à l’époque et attaqués en justice par le cabinet Dufour, spécialisé en droit automobile, les deux collègues avait dû fermer leur site. Aujourd’hui, avec leur examen du barreau en poche, les avocats pourront-il continuer à proposer leur application sans être attaqués ? Réponse dans les semaines à venir !

 

Lisez aussi :

Paris inaugure le paiement du stationnement par smartphone

Le constat amiable arrive sur nos mobiles

Chéri(e), tu me prêtes ton smartphone pour payer ?

Publié le

Réagir à cet article